Rapport de Kaspersky sur les cyber-menaces au deuxième trimestre 2015

Le géant des solutions de sécurité Kaspersky publie son rapport concernant les cyber-menaces détectées entre avril et juin 2015. Le bilan est toujours alarmant.

Hausse des menaces ciblant les mobiles et les services financiers

Les mobinautes deviennent des cibles privilégiées pour les pirates informatiques, puisque Kaspersky fait état d’une augmentation de 280 % des programmes malveillants visant les mobiles entre le premier et le second trimestre, avec 291.800 nouveaux malwares. La situation est encore pire en ce qui concerne les kits d’installation de malware mobiles, évalués à 1 million au cours de la période, ce qui représente une hausse de 700 %.

Sans surprise, les services bancaires en ligne sont dans le collimateur des cybercriminels. Pour l’illustrer, Kaspersky Lab cite l’exemple du Trojan-SMS.AndroidOS.OpFake.cc, qui dérobe les données de connexion des utilisateurs. Capable dans son rapport précédent d’affecter une trentaine d’applications de banques ou d’établissement financiers, ce cheval de Troie permettrait à l’heure actuelle quelque 114 types d’attaques.

Au total, en trois mois, les comptes bancaires en ligne auraient fait l’objet de 5.900.000 tentatives de vol. Bien que plus faible que celui du premier trimestre (6.700.000), ce chiffre reste évidemment inquiétant, notamment pour les pays possédant un système bancaire perfectionné, entre autres Singapour, la Suisse, le Brésil, l’Australie et Hong Kong.

Bien que les malwares bancaires représentent 83 % des menaces financières, d’autres formes de menaces ont été recensées : les Bitcoin miners (9 %), de voleurs de portefeuilles de bitcoin (6 %) et de keyloggers (2 %).

Recrudescence des attaques ciblées

De plus en plus prisées par les hackers, les APT se multiplient. Au cours du second trimestre, l’équipe globale de recherche et d’analyse (GReAT) de Kaspersky a ainsi mis en lumière plusieurs actions contre des cibles majeures telles que de grandes firmes privées, mais également des  agences gouvernementales et institutions. Même les petites et moyennes entreprises suscitent l’intérêt de ces personnes malveillantes, comme en témoigne la campagne de cyberespionnage Grabit.

Déployer une protection avancée s’avère indispensable pour se prémunir de ces menaces. Au total, les solutions de Kaspersky ont réussi à identifier et bloquer 379,9 millions d’attaques provenant du cyberespace. Bien qu’en recul de 19 % par rapport au premier trimestre, ce chiffre cache une réalité alarmante : près du quart des internautes (23,9 %) ont subi au moins une attaque web.

Les ressources malicieuses à l’origine de ces attaques sont localisées aux quatre coins du monde, avec une majorité à la Russie (51 %), suivie des États-Unis, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la France, des Îles Vierges, de l’Ukraine, de Singapour, su Royaume-Uni et de la Chine.

Laisser un commentaire